Roseau commun, Phragmites australis




Photo panoramique à contre-jour, du soleil qui transperce les Roseaux communs, Phragmites australis, dans le Ried gris du Centre Alsace, à Muttersholtz, au mois de janvier. Description des Rieds.


Le mot Ried vient du vieil alémanique "Rieth", qui signifie roseau et, par extension, une "zone inondable". Le Ried est un paysage formé d'un ensemble de prairies humides alimentées et traversées par des cours d'eaux bordées de roseaux, de haies, de lignes d'arbres ou de petits massifs boisés. Ces milieux naturels sont cantonnés pour l'essentiel dans le département du Bas-Rhin en Alsace. Ils ont chacun leurs spécificités en fonction du micro-climat, de la topographie et du substrat qui c'est formé sur des alluvions déposés par le fleuve, les rivières ou formés par les résurgences et nappes phréatiques affleurantes. Des berges du Rhin et du Bruch de l'Andlau, au Grand Ried Centre Alsace de l'Ill, ou des Rieds de la Bruche, la Zorn, la Lauter, la Zembs, la Moder... ils ont tous leurs particularités. La flore et la faune des prairies des Rieds est d'une grande richesse, des parterres de fleurs colorent ces vastes surfaces herbeuses dès le début du printemps: Cardamines des prés, Renoncules acres, Marguerittes, Linaigrettes ou Vergerettes annuelles mais également des espèces plus rares comme les Orchidées, l'Iris de Sibérie ou le Glaîeul palustre. De nombreux oiseaux spécifiques à ces milieux ouverts y sont présent comme le Courlis cendré, le Hibou des marais, la Cigogne blanche, le Busard des roseaux et le Râle des genêts. On y dénombre à Sélestat, la plus grande densité de Daims en France, mais le Chevreuil et le Sanglier sont également bien représenté dans les Rieds quand la chasse y est bien gérée et les prédateurs naturels respectés, comme le Renard, la Martre ou "autres Fouines". Les Rieds sont d'une importance capitale, outre leurs richesses écologiques, ils permettent l'absorption des fortes crues et inondations annuelles ainsi que la recharge de la nappe phréatique.


Photo au mois de juillet, d'un Roseau commun, Phragmites australis, au bord de l'étang du Leutesheim, dans la forêt rhénane de la Robertsau. Description du Roseau commun.


Le Roseau commun ou Phragmite, également appelé Roseau à balais ou Roseau des marais "Phragmites australis", est une plante graminée vivace de la famille des Poacées, Poaceae. L'inflorescence unique au sommet de la longue tige, est une panicule plumeuse de couleur brun-pourpre, elle mesure de 10 à 40 cm de long. Les feuilles engainantes, lancéolées-linéaires, d'un beau vert brillant sont réparties le long de la tige. Sa taille varie de 2 à 4 m de haut. Si la roselière peut être envahissante, elle a surtout un rôle de stabilisateur des berges, de plus, elle fait partie des plantes épuratrices de l'eau, et elle offre un abri indispensable pour toute la faune aquatique. Le Roseau commun pousse en colonie et forme, grâce à ses rhizomes traçants, de vaste étendue, les roselières. On le rencontre, au bord des rivières, des lacs, des étangs, des marais et des prairies très humides, il fleurit de la fin du mois de juillet au début du mois de novembre.


Photo panoramique au début du printemps, d'une vaste roselière qui borde le Steingiessen, au lieu-dit ''Rosskoepfe'', dans la forêt ello-rhénane de la Wantzenau. Description de la forêt de la Wantzenau.


La forêt du Rhin de la Wantzenau se situe au Nord de Strasbourg, entre le quartier de la Robertsau et le village de Gambsheim, elle est traversée en son centre par l'Ill et ses bras comme le "Steingiessen" et le "Waldrhein", ce qui en fait une forêt ello-rhénane. La forêt ello-rhénane de la Wantzenau a la particularité de posséder une végétation façonnée par le Rhin et ses alluvions donnant un sol à substrat grossier et calcaire ainsi que par la rivière de l'Ill, issus des montagnes du Juras alsacien qui donne un sol à substrat fin et non calcaire. Cette mixité permet à une végétation très riche et diversifiée de s'y développer. La forêt de la Wantzenau comprend au Sud de très belles prairies du Ried blond délimitées par le "Steingiessen", elles accueillent une flore et une faune remarquables. À partir du lieux-dit "Siefferts Koepfel" et jusqu'au "Kaelberkopf" et à la forêt domaniale de Honau, s'étend une forêt dense, entrecoupée de méandres, une jungle rhénane des plus remarquables. Tout ce versant droit de l'Ill comprend des forêts alluviales qui se sont développées sur des levées "Köpfe" ainsi que dans les parties basses "Gründe" le long des méandres du Rhin et de l'Ill. La rive gauche de l'Ill est occupée par une végétation plus ou moins rapportée aux lieux-dits "Kaelberkopf" et "Waldkoepfe