Place de la Grande-Boucherie




Photo de la façade d'angle de la Winstub Zuem Strissel ''A l'Autruche'' au n°5 de la place de la Grande-boucherie, dans le centre historique de Strasbourg Grande-Île. Histoire de la place de la Grande-boucherie à Strasbourg, visite de Strasbourg.


La place de la Grande-Boucherie se situe dans le centre historique de Strasbourg, elle relie la rue du Vieux-Marché-aux-Poissons à la place du Marché-aux-cochon-de-Lait. La place de la Grande-Boucherie comprend de belles maisons alsaciennes des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, elles font face au Musée Historique de Strasbourg qui fut l'ancienne grandes boucheries construite en 1587.


Photo de la façade Ouest de la Winstub Zuem Strissel ''A l'Autruche'' au n°5 de la place de la Grande-boucherie, dans le centre historique de Strasbourg Grande-Île. Photos de la place de la Grande-boucherie à Strasbourg, histoire de Strasbourg.


A partir de la ville romaine d'Argentoratum vont se succéder 6 extensions de la ville, la première en 720 elle couvre la moitié Est de l'île et englobe le castrum romain, la seconde de 1202 à 1220 à l'Ouest de l'île elle clos le centre de la ville. Vient ensuite les agrandissement à l'extérieure de l'ILL d'abord à l'Est, avec la 3è extension de 1228 à 1344, d'où les fortifications partent des Ponts-Couverts à l'Hôpital jusqu'à la Krutenau, puis de 1374 à 1390 la 4è à l'Ouest, des Portes de Schirmeck, de Cronenbourg et de Pierre pour aboutir à l'Ill, le 5è de 1387 à 1441 comprend la petite partie Est de l'Ill à la Citadelle Vauban qui sera construite de 1682-1684. Pour finir, une 6e extension fortifié va voir le jour sous l'occupation allemande de 1880 à 1904, elle va s'étendre sur toute la partie Ouest de Strasbourg incluant la Gare (vestige toujours visible), la Porte de Shiltigheim jusqu'à la porte de la Robertsau au Nord et va rejoindre la Porte de Kehl jusqu'aux fortifications Vauban. Capitale de l'Europe et de l'Alsace, Strasbourg et ses 2000 ans d'histoire possède un centre ville historique unique et exceptionnel, formant un ensemble architectural des plus diversifiés d'Europe, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. Strasbourg est une ville accueillante et chaleureuse à découvrir, avec son histoire, son art de vivre et sa gastronomie. La Cathédrale gothique au choeur roman, chef-d'oeuvre de l'architecture médiévale côtoie de son ombre des demeures remarquables de la Renaissance. Les églises romanes et gothiques témoignent d'un passé historique d'une grande richesse, conforté par son quartier romantique de la Petite France sur les bords de l'Ill avec ses maisons à colombages et ses Ponts Couverts, vestiges des fortifications de la ville, renforcé par Vauban avec son barrage devenu une terrasse panoramique. La citée européenne possède également des magnifiques places au nom illustres et évocateurs tels Kléber, Gutenberg, Austerlitz, Broglie... Sans oublier le quartier allemand et son architecture grandiose aux somptueux palais, et ses maisons art-nouveaux qui s'étendent jusqu'aux portes des instances européennes. Strasbourg à vue naître l'Europe et à su développer les bâtiments de ces institutions, tous plus remarquables les uns que les autres. Du Palais de l'Europe et du Conseil de l'Europe au Parlement Européen ainsi que les Droits de l'Homme ou la Pharmacopée ce quartier s'est développé face au somptueux parc de l'Orangerie.


Photo des fenêtres à meneaux avec un portrait en médaillon au centre, des vitraux et de l'enseigne sur la façade Sud de la Winstub Zuem Strissel ''A l'Autruche'', 5 de la place de la Grande-boucherie à Strasbourg. Histoire des maisons alsaciennes.


La maison alsacienne à colombages ou en briques et pierres est indissociable de la culture régionale, sa construction diffère au fil des siècles et des régions d'Alsace en fonction des cultures de chaque secteur, des professions, du rang social, du courant artistique... ainsi les maisons à pans de bois du Sundgau ne sont pas les mêmes que dans l'Outre-Forêt, comme une maison alsacienne de potier diffère d'une ferme du Kochersberg ou d'une maison de pêcheur le long de l'Ill. Il en va de même pour les maisons alsaciennes en briques et pierres, avec ou sans oriel, chaque propriétaire y met son rang social à travers des sculptures, des gravures, des dessins... Les maisons alsaciennes à colombages datent de la nuit des temps, les châteaux forts d'Alsace avaient largement recours aux colombages comme en témoigne la maison forte de l'écomusée d'Ungersheim mais les nombreuses guerres en ont détruit une grande partie, les belles maisons alsaciennes restantes datent pour la plupart des XVe, XVIe, XVIIe, XVIIIe et XIXe voir XXe siècles. La maison alsacienne à colombages est construite avec une ossature en bois comblée de torchis ou de briques ou de galets, de pierres... en fonction des matériaux disponible sur place, les toitures sont recouvertes de tuiles et les façades peuvent êtres blanches ou colorées suivant la région.


Photo de la grande salle à l'intérieur de la Winstub Zum Strissel ''A l'Autruche'' 5 de la place de la Grande-Boucherie, dans le coeur historique de Strasbourg. Photos de la place de la Grande-Boucherie à Strasbourg, photos de Winstub à Strasbourg.


Historiquement la Winstub Zuem Strissel "A l'Autruche" au 5 place de la Grande-boucherie est la première Winstub de Strasbourg, elle a été construite en 1565 à la place d'un immeuble du XIVe siècle dénommé "Zum dem Widderer" "Au Bellier" dont on trouve des motifs sur la façade actuelle rappelant cette maison historique.


Photo au mois de novembre des décors de Noël des fenêtres à meneaux, sur la façade Sud de la Winstub Zuem Strissel ''A l'Autruche'', 5 de la place de la Grande-boucherie à Strasbourg. Histoire de Noël à Strasbourg, photos de la place de la Grande.


C'est au XIVe siècle que voit le jour le premier marché de Noël à Strasbourg, situé à l'emplacement de l'actuel Palais Rohan, cette foire au Moyen Age se nommait alors le Marché Saint-Nicolas "Klausenmärik". Sous l'influence de la Réforme en 1570, le pasteur Finner, prédicateur à la Cathédrale de Strasbourg, s'oppose à cette tradition catholiques vouaient au culte des saints, il obtient gain de cause, à partir du 22 décembre 1570, les saints furent bannis et le marché de Noël sera dédié à l'Enfant Jésus "Christkindel", situé sur la place de la Cathédrale au XVIe siècle, il va migrer au XIXe siècle, d'abord en 1840 sur la place Kléber pour aboutir en 1871 sur la place Broglie. C'est en 1991, sous l'impulsion de Catherine Trautmann, alors maire de Strasbourg, que cette événement va prendre une dimension mondiale. Les marchés de Noël vont s'étendre dans le centre ville de Strasbourg, les illuminations de Noël seront revues et le premier sapin de Noël géant va voir le jour sur la place Kléber en 1992, il est depuis sa création, décoré avec grand talent, par Antoinette Pflimlin. Aujourd'hui Strasbourg, "Capital de Noël" se compose de 12 marchés de Noël situés sur les places du centre historique de la ville: place de la Cathédrale "le grand marché de Noël", place du Château "le marché de Noël" et la patinoire, place du Corbeau un marché de Noël, place Broglie "le Marché de l'Enfant Jésus" "Christkindelsmärik", place d'Austerlitz "le Village des Bredles et des vignerons de la Couronne d'or", place de la Gare, "le Marché de Noël du Terroir et de l'Artisanat", place des Meuniers "les Saveurs Alsaciennes", place du Temple-Neuf "le Carré d'or", place Benjamin-Zix "le Comptoir des Rois Mages", place Kléber, le Village du Partage, place St Thomas "le Village des Enfants" et place Gutenberg le "Village du Pays invité". Durant toute la période de Noël la ville de Strasbourg s'illumine de mille feux, places, avenues, rues, monuments, ponts, maisons... scintillent de lumières et fait naître la féérie de Noël. Cette magie étincelante attire chaque année des millions de visiteurs émerveillés de cette ville d'arts et d'histoires, qui a su, avec le temps, maintenir et mettre en valeur sont patrimoine remarquable ainsi que ses traditions. Les marchés de Noël de Strasbourg on lieux du 24 novembre au 31 décembre, de 10H00 à 20H00 en semaine, de 10h00 à 21h00 les vendredis et samedis. Le 24 décembre de 10h00 à 18h00, le 25 décembre de 14h00 à 18h00, du 26 au 30 décembre de 10h00 à 19h00 et le 31 décembre de 10h00 à 18h00.


© 2010