Photos du village de Saint-Jean-Saverne




Photo un matin du mois d'octobre du village de Saint-Jean-Saverne au pied des Vosges gréseuses du Nord de l'Alsace. Photos de Saint-Jean-Saverne, tourisme en Alsace, histoire du Parc naturel régional des Vosges du Nord.


Le Parc naturel et régional des Vosges du Nord se situe dans les départements du Bas-Rhin et de la Moselle, créé le 30 décembre 1975, il regroupe 113 communes sur une surface de 130.500 hectares dont 83 000 hectares de milieux naturel: étangs, tourbières, vergers, rochers, forêts de résineux, de feuillus ou mixte, sont point culminant et de 581 mètres au Grand Wintersberg à Niederbronn-les-Bains. Le Parc naturel et régional des Vosges du Nord comprend également 2 600 km de sentiers balisés pour les balades en VTT ou les randonnées pédestres, ils sont entretenus en grande partie par le Club Vosgiens. Ce magnifique parc accueil plus d'une trentaine de châteaux forts médiévaux dominants les pitons et rochers escarpés des Vosges du Nord, mais également 22 musées, 113 monuments historiques, 4 grands ouvrages de la Ligne Maginot et de nombreux sites archéologiques. Le Parc naturel et régional des Vosges du Nord est classé par l'UNESCO "Réserve Mondiale de la Biosphère" et a obtenu le prix Eden "Destination touristique européenne d'excellence".


Photo au lever du jour des belles maisons alsaciennes à pans de bois, au coeur du village de Saint-Jean-Saverne, dans le Parc naturel régional des Vosges du Nord. Histoire de Saint-Jean-Saverne, photos du Parc naturel régional des Vosges du Nord.


Saint-Jean-Saverne est un village situé dans le Parc Naturel Régional des Vosges du Nord, il fait parti du canton de Niederbronn-les-Bains dans l'arrondissement de Haguenau, au Nord du département du Bas-Rhin en Région Alsace. Le site du Mont Saint-Michel au-dessus du village de Saint-Jean-Saverne est occupé dès le mésolithique, le promontoire rocheux offre un poste d'observation idéal sur la plaine d'Alsace et la voie de passage vers la Lorraine. La première mention de Saint-Jean-Saverne remonte en 1126 sous le nom de Megenhelmswiller dans un acte de donation du village et du domaine, par le propriétaire Pierre de Lutzelbourg, à l'abbaye de Saint-Georges en Forêt Noire. Ils y fondent une abbaye bénédictine dédiée à Saint Jean Baptiste, autour d'elle se forme progressivement le village. Saint-Jean-Saverne a été victime des vicissitudes de l'histoire, dévastations, destructions, dont les plus catastrophiques se situent au XVIIe siècle, lors de la guerre de Trente Ans et pendant la guerre de Hollande.


Photo du chevet avec ses absides et de la façade Sud de l'église Saint-Jean-Baptiste construite au XIIe siècle, à Saint-Jean-Saverne en Alsace. Photos de Saint-Jean-Saverne, histoire de la route romane d'Alsace.


Du Nord au Sud et de l'Est à l'Ouest de l'Alsace la Route Romane est une invitation à une découverte historique et architecturale des plus remarquable. Le patrimoine roman d'Alsace comprend plus de 120 sites répartis dans toute la Région, de la plaine, à la montagne en passant par le vignoble, ils sont représentés par des églises, des abbayes, des châteaux, et des maisons comme à Rosheim. L'architecture romane en Alsace c'est développée du Xe siècle au début du XIIIe siècle, les églises romanes alsaciennes se caractérisent par des masses murales fortes et une simplicité des formes. L'apogée de cet art se situe au XIIe siècle, où peu à peu, la disparition des édifices à plan centré font place à deux tours latérales ornées de portails à tympans richement sculptés et adoptent un choeur polygonal, les éléments de décors se concentrant sur les portails et les chapiteaux des colonnes.


Photo des deux autels de la nef face au choeur de l'église Saint-Jean-Baptiste, à Saint-Jean-Saverne, dans le Parc naturel régional des Vosges du Nord. Photos de Saint-Jean-Saverne, histoire de l'église Saint-Jean-Baptiste de Saint-Jean-Saverne.


L'abbaye nommée "Saint-Jean-des-Choux" et l'église Saint-Jean-Baptiste de Saint-Jean-Saverne ont été construites au XIIe siècle par l'abbaye de Sankt Georgen en Forêt Noire pour accueillir une communauté de moniales bénédictines. Détruit par un siècle de guerre, il ne reste au début du XVIIIe siècle que l'église qui sera remaniée en 1729 et munie d'un clocher-porche en 1733. Des contreforts furent également rajoutés sur les faces Nord et Sud. Le décor roman extérieur se concentre sur le chevet et plus particulièrement sur les absides qui sont pourvues de frises d'arceaux. L'abside centrale comprend à la retombée de chaque arceau des motifs sculptés dont les représentations symboliques des quatre évangélistes, la tête de taureau de Saint Luc, la tête d'homme de Saint Mathieu, la tête de lion de Saint Marc et l'aigle de Saint Jean. Cette même abside est munie de 3 fenêtres en plein-cintre dont la centrale comprend une arcade sculptée reposant sur 2 colonnettes à chapiteaux décorés. Sur le rebord ont était sculptés 2 lionnes. Le pignon du chevet comprend également de part et d'autre des sculptures d'ours ainsi qu'une baie en plein cintre avec des colonnettes centrale. L'intérieur de l'édifice comprend 3 vaisseaux terminés par des absides demi-circulaires. La nef centrale est munie de cinq travées voûtées de lourdes croisées d'ogives reposant sur des colonnettes et sur des culots en forme de tête. Elle comprend un orgue de Jean-André Silbermann remanié en 1904 par Edmond-Alexandre Roethinger et en 2009 par Richard Dott. La chaire baroque du XVIIIe siècle en bois polychrome possède une cuve ornée des quatre évangélistes et de leurs symboles, sur le dorsal, Saint Paul tient le glaive et les évangiles, il est surmonté de la colombe du Saint Esprit. À côté de la chaire se trouve un tableau de l'abbesse Odile von Peyerimhof qui a dirigé le couvent de 1734 à 1756. Les deux autels latéraux sont dédiés à Saint Jean le Baptiste côté Sud et à la Vierge Marie au Nord, réalisés en 1770 en bois polychrome, ils épousent également un style baroque. La nef centrale est séparée des bas-côtés par des arcades en plein-cintre qui reposent sur des piliers carrés. Le bas-coté Nord abrite une très belle statue de procession de la Vierge de l'Immaculée Conception de style rococo en bois doré et argenté. Le choeur de l'église Saint-Jean-Baptiste comprend un maître-autel baroque en bois doré de 1763, oeuvres du menuisier Schweighauser et du sculpteur Ketterer, il est surmonté sur le plafond d'une illustration de la Trinité avec au centre l'oeil de Dieu. Le choeur est illuminé par 3 verrières en plein-cintre illustrées par les vitraux de Sainte Agathe côté Nord, Saint Jean Batiste au centre et l'archange Saint Michel côté Sud. Dans le bas-côté Sud du choeur se trouve la porte d'entrée de la sacristie, elle donnait autrefois dans le cloître. Magnifiquement sculptée, elle est surmontée d'un tympan semi-circulaire monolithe bordé d'un rinceau de palmettes, encadrant la scène de l'agneau mystique nimbé, tenant la croix, entre deux arbres stylisés et deux étoiles à cinq branches. Les montants sont ornés de rinceaux de palmettes chargées de raisins sur le montant de gauche. Autres trésors de l'édifice, les tapisseries du XVIe siècle dans la sacristie Nord, ils représente: le Jugement de Salomon, la Mise au tombeau, la Madone au Jardinet, les Lamentations du Vieillard, le Trône de Grâce, le Voile d'Armoire Eucharistique, le Couronnement de la Vierge et la Chasse des Hommes Sauvages. L'église catholique Saint-Jean-Baptiste de Saint-Jean-Saverne figure sur la liste initiale des Monuments Historiques depuis 1840, elle a été classée le 16 février 1930.


© 2010