Aphyllanthe de Montpellier, Aphyllanthes monspeliensis




Photo panoramique au mois de mai, d'un parterre d'Aphyllanthe de Montpellier en fleurs ''Aphyllanthes monspeliensis'', dans une clairière, à Moustiers-Sainte-Marie.



Photo au mois de mai, d'une touffe d'Aphyllanthe de Montpellier ''Aphyllanthes monspeliensis'', dans la garrigue, à Esparron-de-Verdon. Description de l'Aphyllanthe de Montpellier.


L'Oeillet bleu de Montpellier ou Aphyllanthe de Montpellier "Aphyllanthes monspeliensis", est une plante herbacée vivace de la famille des Liliacées, Liliaceae ou Aphyllanthacées, Aphyllanthaceae ou encore Asparagacées, Asparagaceae. les fleurs au sommet de la tige striée, présentent 6 pétales arrondis de couleur bleu pâle en forme d'étoile, avec une nervure centrale plus sombre, elles sont entourées à la base par des bractées écailleuses brun roussâtre. Les feuilles sont des gaines linéaires membraneuses brunâtres à la base des tiges. Sa taille varie de 20 à 40 cm. Les graines sont enveloppées dans une capsule. L'Aphyllanthe de Montpellier est une plante méditerranéenne qui pousse en touffe dans les garrigues, les clairières, au bord des chemins ou dans les lieux rocailleux, elle fleurit d'avril à juillet.


Photo au printemps, d'un tapis d'Aphyllanthe de Montpellier en fleurs ''Aphyllanthes monspeliensis'', au bord de la route de Riez, à Moustiers-Sainte-Marie.



Photo au printemps, des fleurs bleues d'Aphyllanthe de Montpellier ''Aphyllanthes monspeliensis'', dans le Parc naturel régional du Verdon, à Moustiers-Sainte-Marie. Description du Parc naturel régional du Verdon.


Créé le 3 mars 1997, le Parc naturel régional du Verdon se situe dans la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur sur les départements des Alpes-de-Haute-Provence et du Var. D'une surface d'environ 180 000 hectares, le Parc naturel régional du Verdon regroupe des paysages aussi variés que le plateau de Valensole, les Préalpes ou les hautes et basses gorges du Verdon avec le lac de Sainte-Croix et d'Esparron... des paysages de garrigues, de montagnes, de lacs, de champs de lavande et de fenouil où se côtoie les chênes truffiers, les oliveraies parfumés de thym, de romarin et de sarriette. 46 communes sont regroupées au sein du parc pour environ 30 000 habitants, les plus importantes sont Riez, Valensole, Gréoux-les-Bains, Aups et Castellane avec des villages remarquables comme Moustiers-Sainte-Marie ou Bargème classés dans les plus beaux villages de France. Le Parc naturel régional du Verdon offre un terroir particulier d'où résulte des spécialités comme la truffe, l'huile d'olive, le fromage de chèvre ou le miel. La Maison du Parc est située dans le village classé de Moustiers-Sainte-Marie.


Photo dans la garrigue au mois de mai, des touffes de fleurs bleues d'Aphyllanthe de Montpellier ''Aphyllanthes monspeliensis'', dans le massif du Garlaban, à Allauch. Description du massif du Garlaban.


D'une superficie d'environ 8000 hectares, Le massif du Garlaban s'étend au sud-est du massif de l'Étoile sur les communes d'Aubagne, de Marseille à la Treille, d'Allauch et de Roquevaire. Si les essences arbustives se compose principalement de Pin d'Alep, de Chêne pubescent et de Chêne vert, ce terrain calcaire est recouvert en majorité de garrigue, résultante des incendies répété qu'a subit le massif du Garlaban. La garrigue est dominé par le Chênes kermès, les Genévriers, le Ciste, le thym, le romarin... Les principaux sommets du Massif du Garlaban sont: la Butte des Pinsots 719 m, le Garlaban 714 m, le Pic du Taoumé 667m, Bau des Gouttes 554m, la Grande Tête Rouge 512m, la Tête Ronde 432m, le Bec Cornu 419m et les Barres Rocheuses du Saint-Esprit 385m. De magnifiques vallons sont nés aux pieds de ces roches calcaires, comme les Vallons de Passe-Temps, de Précatori, des Piches ou des Escaouprès, ils sont surmontés de grottes, les plus célèbres étant la grottes de Manon et du Grosibou. Tous ces noms évocateurs faisaient partie du terrain de jeux des vacances de Marcel Pagnol, qui écrivit: « Je suis né dans la ville d'Aubagne, sous le Garlaban couronné de chèvres, au temps des derniers chevriers ».


Photo au printemps, des touffes de fleurs bleues d'Aphyllanthe de Montpellier ''Aphyllanthes monspeliensis'', sur un sol pierreux, dans la garrigue, à Esparron-de-Verdon. Description de la garrigue.


La garrigue, mot d'origine provençale désignant un terrain pierreux et aride constitué d'une formation végétale basse. Caractéristique des régions méditerranéennes, la garrigue se développe sur un sol calcaire, sec et filtrant, elle se compose essentiellement d'arbrisseaux résistant à la sécheresse, comme les genévriers, le chêne kermès et des ligneux de petite taille comme le ciste, la lavande, le thym, le romarin, la bruyère... La flore diversifiée constitue une des richesses de la garrigue, elle abrite également une grande variété de mammifères, d'oiseaux, de reptiles et d'insectes. La garrigue occupe une surface de 400 000 ha en Provence et Languedoc, elle est la résultante de la dégradation de la forêt méditerranéenne composée à l'origine de chênes verts et de chênes-lièges, cette forêt primaire a été plus ou moins fortement détruite par les défrichements excessifs, les pâturages intensifs ou les incendies successifs.


Photo au printemps, d'une touffe d'Aphyllanthe de Montpellier en fleurs ''Aphyllanthes monspeliensis'', dans la garrigue, au-dessus du lac d'Esparron, à Esparron-de-Verdon. Description du lac d'Esparron.


Le lac d'Esparron est une retenue d'eau artificielle d'une superficie de 328 hectares, pour 80 millions de m³ d'eau. Il se situe en aval du lac de Sainte Croix, entre les villages d'Esparron-de-Verdon et Gréoux-les-Bains, dans le département des Alpes-de-Haute-Provence en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ce lac a été crée en 1967 par EDF suite à la construction du barrage de Gréoux; il alimente en eau 116 communes, dont les villes de Marseille, Toulon et Aix-en-Provence; mais le lac d'Esparron est également un important lie